la très grande lettre

La publication de ce journal démarre tout doucement sans doute, mais au fil des mois et des années, le contenu devrait rallier un certain public. Il s’agit d’un journal initiatique, un récit de choses fort ordinaires, certes, mais qui mis bout à bout, constituent un cheminement spirituel, une quête de sens, qui met en pratique cette vérité "toute progression de conscience commence par le travail sur soi". Dans ce journal, il y a beaucoup de concrets et beaucoup de rêves.Je demande simplement aux forces supérieures qu’une partie de la bonne énergie qui m’habite depuis un certain temps se manifeste pour le bénéfice des lecteurs et des lectrices de ce journal. Le titre "la très grande lettre" m’est venu à l’esprit lors d’un fort moment psychotique en 1985 et il indique que j’écrirai ce type de journal tant que je serai physiquement et mentalement en mesure de le faire. Merci aux responsables du site journal intime.com de me permettre de publier ces écritures.

Le 14 octobre 2018, peu, mais mieux que rien

Le dimanche 14 octobre 2018 Je poursuis, très lentement, je l’admet, la publication ici de mes écritures personnelles. Le texte reproduit ci-dessous date de mai 2012. Pour ce qui est du temps présent, je suis toujours au service de madame E six demis jours par semaine. Et assez souvent je consacre quelques heures du reste de la journée à visiter C. qui est hospitalisée depuis plus de deux mois. En raison de son état, elle ne reviendra pas vivre dans l’appartement qu’elle occupait au Rez de chaussée de mon building. Elle vivra dans une résidence offrant davantage de suivi. Je (...)

Suite du même jour

Voilà l'autre partie que je voulais copier coller ici aujourd'hui. Le lundi 7 mai 2012 Je dors davantage. Je dors plus tard le matin. Je me couche généralement plus tôt. Évidemment, je dors peut-être un peu moins le jour. Il n’y a rien de très défini encore, mais disons que, si je me réveille vers 4h30 ou 5h,  ce n’est généralement que pour un court laps de temps au cours duquel je fais parfois un peu d’exercices physiques et je retourne au lit pour un temps. Si je dois partir tôt le matin, je veille à me lever définitivement avant 6h45, ou encore, comme aujourd’hui, (...)

toujours l'espérance d'être plus régulier dans le transfert d'écritures

le 22 juillet 2018 Je veux vraiment accélérer quelque peu le transfert d'écritures datant de quelques années à ce cahier. Mais comme je ne jouis depuis près de trois ans que d'un seul jour de congé par semaine, cela est assez difficile. Quoique chaque fois que je publie quelque chose ici, cela me procure de l'énergie positive tout à fait spéciale. Ma principale cliente, madame E est maintenant âgée de 94 ans et quatre mois. Son esprit est assez alerte mais son corps est fatigué. Généralement, je suis auprès d'elle entre 9h et 12h30, du lundi au samedi. Un de ses trois fils qui (...)

Retour au transfert d'écritures, automne 2011

Nous sommes le dimanche 18 février 2018. Il est plus que temps que je m'avance un peu dans ce travail de transfert d'écritures personnelles. Ci-dessous, je relate le quotidien durant quelques semaines à l'automne 2011. Je travaille toujours six demis journées par semaine chez madame E qui aura 94 ans dans quelques semaines. Elle conserve l'esprit vif mais ses mouvements sont de plus en plus lents. Elle ne sort pratiquement plus de sa maison si ce n'est que pour une coupe de cheveux aux trois ou quatre mois ou pour la visite d'un professionnel de la santé tous les quelques mois (...)

Des rêves et des faits du quotidien du début d'automne 2011

Nous sommes le 16 novembre 2017 et je poursuis le travail de copier-coller des extraits de mes écritures personnelles avec plusieurs années de retard. J'y vais selon l'énergie et le temps qui sont à ma disposition. Rappelons que depuis septembre 2015, je travaille au moins six demie-journées par semaine. Cela avait commencé par cinq jours chez madame E. et une journée chez madame T. L'automne dernier, madame T. envisageait de vendre sa maison au cours de l'hiver et j'avais alors ajouté le samedi à mes jours de travail pour madame E. Madame T, a depuis le temps décidé de rester (...)

quelques lignes de plus

Seulement quelques minutes dans ce cahier ce matin, le temps de reproduire une les écritures d'une journée de 2011. J'y avais rêvé de quoi d'intéressant. Pour l'actualité, nous avons droit à la première neige aujourd'hui, près d'Ottawa, au Canada. Le samedi 3 septembre 2011 J’ai la sensation qu’il me faut écrire, ce matin, alors, pressé par le temps, je saute par-dessus la session de méditation du centre Chopra. La séance de prières et de brassage d’énergie a été forte tantôt, ce qui fait que je devrais être bien malgré l’absence de méditation guidée. (...)

Profiter de l'énergie du moment pour avancer dans la publication

J'ai écrit ici hier et je suis de retour aujourd'hui, le 9 novembre. Tout comme hier, je me suis installé à l'ordinateur immédiatement après la méditation quotidienne. Je ressens vraiment un mieux-être spécial quand je retranscris quelque chose ici, alors je continue de me faire du bien en espérant que cette bonne énergie rejaillisse quelque peu sur les éventuels lecteurs et les éventuelles lectrices de ces lignes. J'en copie-colle peu aujourd'hui, mais ce sera cela de fait et j'espère bien à compter de maintenant revenir régulièrement ici. Le samedi 27 août 2011 (...)

Après une longue pause, je poursuis la transcription d'écritures de 2011

Nous sommes le 8 novembre 2017 et après plusieurs mois sans avoir rien écrit ici, le temps et l'énergie pour poursuivre la transcription de ce que j'écrivais en 2011 sont au rendez-vous ce matin. Pour ce qui est du travail en 2017, je me rend encore six jours par semaine chez madame E. Le temps file comme l'éclair. Je suis tout de même très bien, comme un peu plus fonctionnel que jadis. J'arrive à lire, à écrire un peu, à regarder des films sur l'ordinateur et à vivre de quoi se spécial avec C. Dernièrement alors que je clavardais sur le site Skyrock avec un jeune homme, (...)

Fin de la transcription du premier cahier, fin juillet 2011

le 30 avril 2017 J'avais écrit un beau texte de présentation ici, et pour une raison ou pour une autre, je l'ai complètement perdu en sortant d'ici pour aller copier ce que vous lirez ci-dessous. A mon retour, nulle trace de ce que je venais d'écrire. Toujours est-il je notais que lorsqu'il m'était donné l'occasion de relire des écritures d'époque, j'enviais toujours un peu le temps libre dont je pouvais jouir avant d'être astreins à me rendre six matins par semaines chez madame E. J'enviais cela mais par contre, je notais que ce nouvel horaire avait contribué à me rendre (...)

le 14 février 2017, d'autres faits du quotidien de l'été 2011, un rêve et un retour sur le programme Katimavik

En coup de vent avant de quitter pour le travail, j 'ai relu et corrigé les écritures qu'on peut lire ci-dessous. L'année avance. C'est la Saint-Valentin aujourd'hui, et, en même temps, c'est le 54e anniversaire de C que je vois encore régulièrement. Sa mère est décédée dernièrement. Et elle même n'en mène pas large. Moi je continue à travailler six demi-journées par semaine pour le compte de madame E. Sans plus tarder, je copie-colle ici cet extrait de 2011. Le mercredi 13 juil. 11      Hier, j’ai travaillé passablement derrière la maison chez madame E. J’ai (...)

Un petit rêve décortiqué et du quotidien de l'été 2011,

Nous sommes le 18 janvier 2017. Je poursuis le travail de retranscrire ici mon journal avec quelques années de retard, un retard que je tente de combler en partie en écrivant ici plus régulièrement qu'auparavant. Dans les écritures que je reproduis aujourd'hui, je m'attarde à narrer un rêve en détail. Si je m'y étais tant attardé, c'était probablement en raison de la présence de ma mère dans ce rêve. Ma mère ayant été très importante dans ma vie, pour le meilleur et pour le pire. Elle prenait beaucoup de place, mais dans le fond, elle occupait la place que je voulais bien (...)

Le 14 janvier 2017, ce que je fabriquais en 2011, la suite

Je fais preuve d'une certaine régularité depuis quelques jours dans ce travail de transcription ici des écritures datant de 2011. J'espère poursuivre cela assez longtemps pour considérablement réduire l'écart entre la date du jour et la date de ce que je reproduis ici bas. Il faut dire aussi que lorsque je copie-colle ces écritures cela me fait beaucoup de bien, comme un supplément à la méditation et au travail d'énergie quotidien. Cela consolide la paix en moi et j'espère, si ce n'est déjà fait, que certains lecteurs et certaines lectrices vibreront positivement, au moins (...)

le 13 janvier 2017, un autre extrait copié-collé de 2011

Pour le temps que ca va durer, j'en profite. Ce matin, je jouis encore d'un peu de temps libre avant de quitter pour le travail et de plus, l'énergie y es encore pour reproduire ici la suite de ce que j'écrivais en 2011. Et comme d'habitude, j'ai corrigé sommairement et je reproduis ici. Près dOttawa, au Canada, où j'habite, nous connaissons cette année un hiver de glace. Les derniers jours, c'était un redoux dans la température, tout fondait, et ce matin, les trottoirs sont glacés. Il fait moins 9 et on annonce un minimum de moins 21 degrés Celsius pour la nuit prochaine. Alors (...)

Retour à ces pages après quelques mois d'absence, 12 janvier 2017

Si je fais vraiment ce que je devrais et voudrais faire, au cours des prochaines semaines, je consacrerai 30 minutes ou un peu plus assez souvent le matin pour m'avancer dans la correction et la reproduction ici des pages que j'écrivais il y a quelques années. Je m'activerais à cette tache jusqu'à ce que le l'écart entre maintenant et la date des écritures que je copie-colle ici soit considérablement réduit. Et en même temps, parce que c'est ce que je crois jusqu'à ce que le texte devienne un peu plus intéressant comme je crois qu'il le devient un certain moment. Depuis plus de (...)

21 octobre 2016, où il est question d'un rêve impliquant un reptile

Nous sommes au matin du 21 octobre 2016. Et comme d'habitude quand j'écris ici, je viens de terminer la correction sommaire d'un extrait de mes écritures du début de ce journal. J'en suis maintenant à l'aube de l'été 2011. Comme d'habitude, je rapporte ce que je faisais au jour le jour ainsi que certaines sensations ou émotions. J'ai cessé la correction alors que j'en étais à la narration d'un rêve impliquant une couleuvre, ce qui m'avait donné l'occasion de revenir sur un fait réel de mon enfance, un de mes tout premiers souvenirs clairs, celui où alors q qu'un reptile (...)

L'arrivée du pendule-chapelet comme moyen de communication.

Aujourd'hui, en temps réel, nous sommes le mercredi 13 juillet 2016. Je suis sorti du lit suffisamment tôt et j'ai eu le temps de relire et de corriger sommairement quelques autres pages de mes écritures personnelles d'il y a quelques années. Et je me suis aperçu que dans ce que je reproduis ici ce matin, je rappelle quelques événements survenus en mai 1983 alors que je commençais sérieusement à m'enliser dans une psychose aïgue qui fut par la suite nommée schizophrénie. Je rappelle particulièrement l'arrivée du pendule-chapelet qui a été somme toute la première technique (...)

Quelques lignes de plus des écritures de 2011

Nous sommes le 7 mai 2016. Il est 6h20. Je reproduis ci-dessous le court passage des écritures de 2011 que je viens de corriger sommairement. Pour le quotidien actuel, aujourd'hui, samedi, je travaillerai quelques heures pour madame T, probablement pour débuter un grand ménage de son sous-sol. Cette semaine, je lui ai écrit être d'accord pour faire ce ménage, mais que étant donné que je travaille déjà cinq jours par semaine ailleurs, je m'accorderai au moins une fin de semaine complète de congé par mois d'ici l'hiver prochain. Elle est bien d'accord et a même soulevé la (...)

encore un peu plus des écrits de 2011

Il était 5h30 tantôt et j'ai pensé corrigé sommairement un autre extrait de ce que j'écrivais en 2011 dans mon journal et de le reproduire ici comme j'ai pris l'habitude de le faire depuis un moment déjà. Depuis le début du mois de septembre l'an dernier, je travaille cinq jours par semaine chez madame E. et souvent je dois également travailler le samedi chez madame T., et cela me laisse peu de temps et d'énergie pour les écritures. Je tente quand même d'écrire quelques lignes quotidiennement dans mon journal et j'espère bien continuer de transposer une partie de ces écritures (...)

28 janvier 2016, suite des écritures du printemps 2011

J'en profite pendant que le temps et l'énergie concordent pour corriger sommairement et reproduire ici la suite de ce que j'écrivais au début 2011. De retourner en arrière comme cela me fait réaliser à quel point les situations changent avec le temps. Ainsi, il es question quelque part dans ce que je reproduis aujourd'hui que j'ai laissé madame E, revenir du centre d'achats, seule, en taxi. Ce serait impensable de faire cela dans l'état qu'elle est aujourd'hui. Je tente aussi comme je l'ai peut-être déjà indiqué de ne pas effacer entièrement lorsque je rapporte ma vie en détail. (...)

Que de temps depuis la dernière fois

La dernière fois que j'ai écrit ici, nous étions en septembre 2015. Je continue de travailler plus d'heures que la normale, soit cinq jours par semaine au service de madame E en plus de quelques heures à l'occasion chez madame T. Aussi, quelques fois, je conduis madame G, la dame qui est affligée de la sclérose en plaque et ne peut se servir que d'une main et de sa tête. Elle est cependant de très bonne compagnie. Je viens de corriger légèrement les écritures de 2011 qu'on retrouvera ci-dessous. Il y est longuement question de rêve dont un qui trouve encore écho dans les (...)

Pour plus de lecture, consulter les archives : janvier 2014, février 2014, mars 2014, avril 2014, mai 2014, juin 2014, août 2014, novembre 2014, janvier 2015, mars 2015, mai 2015, juin 2015, août 2015, septembre 2015, janvier 2016, mars 2016, mai 2016, juillet 2016, octobre 2016, janvier 2017, février 2017, avril 2017, novembre 2017, février 2018, juillet 2018, octobre 2018.